Ces poteaux qui traversent la route sans prévenir

Qui de nos jours ne connaît pas le phénomène des poteaux, qui traversent la route sans prévenir? Peut-être les habitants de la campagne? Quoique… Pas si sûr… Ils ont un phénomène assez coriace aussi. Je parle des fossés, qui aspirent les voitures! Je ne sais pas si c’est mieux! 😉

Ceux qui habitent la ville savent très bien de quoi je parle ou du moins à qui je fais allusion!
Ces magnifiques poteaux, qui embellissent nos villes à chaque coin de rue, intersection ou passage piéton. Qu’ils soient de couleurs marrons à tête blanche ou gris souris, il faut absolument se méfier de ces monstres! Oui! Oui! Vous lisez bien… Je parle de monstres vicieux, assoiffés de peinture!

Ils nous repèrent rapidement dans les méandres du paysage urbain, grâce au doux et suave parfum que dégage la peinture de nos voitures. Ils en raffolent!
Ce sont les vélociraptors de nos villes! Impossible de leur échapper! A un moment ou à un autre, que vous le vouliez ou non, vous croiserez forcément leur chemin! 🙂

Pourquoi vicieux? Hé ben… C’est assez simple en soi!
Ils trompent énormément les autochtones de la ville, qui croient qu’ils ont été installés pour leur plus grand bien-être et leur protection. Que nenni!

Grâce à leur couleur de camouflage, qui étrangement n’en n’est pas une en soi (entre le caca d’un chien et les déjections des oiseaux… J’hésite encore! 😉 ), ils se fondent dans le paysage urbain, sans que les piétons ou encore les conducteurs ne fassent plus attention à eux. Et c’est là que le drame arrive…

Vous slalomez avec votre voiture, en heure de pointe, entre les piétons, qui traversent sans regarder (car, ils savent qu’ils sont prioritaires et donc, ils vous passent sous les trous de nez! A vous de vous débrouiller avec ça! 😉 ) et les autres voitures, qui se croient seules au monde. Vous pilez devant le feu, qui devient orange, car avec les nouveaux radars de feux, vous ne savez pas si vous allez perdre 4 points d’un seul coup ou pas! Vous parlez avec votre enfant, installé à l’arrière, qui vous raconte avec enthousiasme sa journée! Du coup, vous éparpillez votre attention! Mais pour le moment, vous y survivez!

Vous apercevez une amie sur le trottoir avec son bout de chou. Vous lui faites coucou et lui indiquez que vous allez vous arrêter pour discuter cinq minutes avec elle. Le feu devient vert. Vous enclenchez la première. Vous avancez. Commencez à tourner pour entrer dans la contre allée pour vous garer. Quand, tout à coup, un poteau traverse la route sans vous prévenir!

Sans crier gare, il déboule dans votre angle mort droit. Vient se cogner brutalement sur la porte arrière droite de votre voiture. Le temps que vous réalisiez… Il est trop tard!
Il vous a gentiment effleuré la porte. Gratter. Arracher avec Dieu sait quoi la peinture de la voiture. Vous a fait sauter la baguette de protection de la porte dans un brouhaha hallucinant. Elle tombe quelques mètres plus loin. Seule, abandonnée sur le trottoir.

Vous sursautez. Vous vous tendez. Ne savez pas trop quoi faire. Le poteau continue doucement et lentement son avancée sur les flancs de votre voiture. Les bas de caisses. L’aile arrière. Quand subitement, il lâche tout! Il n’y a plus de bruit! Vous respirez.
Vous vous garez. Sortez de la voiture. Vous regardez ce qui a bien pu massacrer votre portière à ce point. Et là, à quelques pas de vous, se dresse fièrement un de ces poteaux vicieux. Celui à tête blanche. C’est le plus redoutable!

Grand, en ferraille, car les petits poteaux gris sont généralement en plastique. Mais pas lui! 😉 Dur comme du chien, il vous nargue. Jubile. Car, lui, il n’a pas bougé d’un iota. Il est toujours scellé au béton du trottoir alors que votre voiture ressemble au visage d’un boxeur, qui a perdu un match. Bleus et égratignures sont au rendez-vous. C’est votre carrossier, qui va être content!
Le pire dans tout ça, c’est que tous les matins et tous les soirs, vous repassez devant ce fameux poteau, qui vous sourit et vous fait presque coucou. C’est rageant! 😉

Alors, Madame, Monsieur, habitants des grandes villes, méfiez-vous de ces monstres, qui tapis dans l’ombre, viennent vous dévorer sournoisement la peinture de votre voiture, dès que vous vous approchez d’eux.

Si vous en croisez un, souriez lui gentiment. Demandez lui d’aller doucement sur votre carrosserie, voire même de vous épargner. Je ne suis pas sûre que cela fonctionne! Mais, qui ne tente rien n’a rien! 😉

Publié par Audrey Lucido, le 30 mars 2017.

2 réflexions au sujet de « Ces poteaux qui traversent la route sans prévenir »

  1. Finalement, dans ma petite ville où ne fleurissent que peu de poteaux, et dans la campagne proche dont les fossés m’ont épargnée à ce jour… Que cela dure, je croise les doigts! Je me sens plus en sécurité que face à ces poteaux « peinturophages »…. :-))

Laissez moi un petit commentaire