Un cow-boy parmi des sapins

Nous sommes samedi après-midi. Il fait froid. Le soleil, au zénith, réchauffe les visages et les cœurs. Il ne manque plus que la neige, qui crisse sous nos pieds, pour savourer un moment idyllique. C’est bientôt Noël…

Les gens se pressent au marché aux fleurs pour aller acheter leur sapin, en vue du grand événement.
Certains le portent dans leurs bras et remontent doucement l’allée centrale pour rentrer chez eux. D’autres, l’ont calé sur leur chariot à roulette pour le transporter plus facilement.
Plusieurs voitures, garées en double file, clignotent et attendent patiemment que leurs propriétaires arrivent avec leur trouvaille, à savoir le sapin de l’année.

Une guirlande multicolore de bonnets rose, gris ou encore jaune s’entortille autour des nuances vertes des magnifiques sapins, qui chamarrent l’allée du Père Noël.
Je ferme les yeux. Inspire profondément l’air du bonheur, qui virevolte entre les différents protagonistes de ce village merveilleux. Un doux et suave mélange d’épices et de quelques notes sucrées me replonge en enfance, lorsque je dévorais d’une traite les pains d’épices et les petits sablés de Noël. Je me sens en paix. Un vrai régal, dans tous les sens du terme!

Quand, soudain, un Land Range Rover, classique, de couleur crème, se gare brutalement devant le passage piéton.
Je ne parle pas du nouveau SUV de la marque. Nooon… Mais, du bon gros Land Rover que tout bon chasseur utiliserait pour aller tuer le cerf dans les Highlands d’Ecosse.

Une porte s’ouvre. Un homme descend. La portière conducteur claque bruyamment. Les mains dans les poches, les coudes déployés, les pieds en canard, il marche d’un pas décidé vers le marché aux sapins. Ses santiags fouettent de leurs talons le bitume de la route. C’est alors que mon ami sifflote discrètement la musique du film Le bon, la Brute et le Truand (musique d’Ennio Morricone).

Le visage fermé, le cow-boy de la ville passe devant nous.

Nous sourions…Nous venons d’apercevoir l’American Dream!

 Publié par Audrey Lucido, le 05 Janvier 2017.

4 réflexions au sujet de « Un cow-boy parmi des sapins »

Laissez moi un petit commentaire