L’Homme malade

Aujourd’hui, je souhaite vous parler de l’homme malade! Attention, je ne veux pas vous raconter l’histoire d’un homme, qui a une maladie grave, limite mortelle. Noooon… Cela serait beaucoup trop déprimant! Et, ce n’est pas mon objectif!

Je veux vous décrire nos Hommes, à savoir compagnons, petits amis, pacsés,  maris…. Bref…Les hommes, qui vivent avec nous!

Je m’excuse par avance auprès de ces derniers, qui vont lire cette rubrique. Mais, rassurez-vous, Messieurs, je n’enjolive pas la réalité. Vous êtes réellement comme ça, lorsque vous avez un petit rhume, une bronchite ou seulement un peu de fièvre 😉

6H15 du matin! Je me lève. Jusqu’ici, rien d’alarmant! Je me prépare. M’habille. Me maquille (je qualifierais plutôt cette action de ravalement de façade, avec son plâtre, son ciment et sa peinture! Mais, promettez moi que cela va rester entre nous ;)).
Je prépare le petit déjeuner. Puis, je vais réveiller Monsieur, qui a pu profiter d’une demi-heure de sommeil en plus 😉

Et, là, le choc! Monsieur a le teint blanchâtre. Le bout du nez rouge, avec la goutte, qui effleure les bords de ses narines. Le regard vitreux. Des épis plein la tête et la démarche traînante, comme un petit vieux, laissant glisser, dans un mouvement de va-et-vient agaçant, ses chaussons sur le sol de l’appartement. Le constat est clair. Il est malade!

Il s’assoit devant sa tasse de café. Renifle bruyamment, cherchant désespérément à déboucher son nez. Lève la tête. Me regarde, avec ses yeux de cocker, et me lâche, avec une voix rauque: «J’ai cru que j’allais mourir cette nuit!».

Ne voulant pas le froisser, je lui demande pourquoi.

Il m’explique qu’à 2h37 du matin (vous remarquerez la précision de l’horaire ;)), il n’arrivait plus à respirer.
En même temps, c’est normal, il a le nez bouché! De plus, je savais qu’il s’était levé dans la nuit, car en fouillant dans la trousse à pharmacie, il m’a réveillée.

Mettez-vous dans l’ambiance! Vous dormez à poings fermés. Vous rêvez de princes charmants, de grenouilles ou encore de dragons… Tout va bien pour vous! Le bonheur! Quand, vous commencez à entendre un léger mouvement derrière la porte de la chambre entrebâillée.

Il essaye d’ouvrir doucement la porte du placard, qui couine, comme pour se plaindre d’être utilisée à une heure si tardive, pour retirer la trousse à pharmacie.

Portant cette dernière dans les bras, il appuie fortement sur la poignée de la porte de la salle de bain, en disant mentalement «chuuuuut» à la poignée.
Il le pense tellement fort que sa pensée traverse le mur et vient vous frapper à la tête!

Il s’engouffre dans la pièce, avant d’allumer. Vous faites un léger mouvement de recul. La lumière a pénétré sournoisement dans la chambre. Puis, s’en suivent des bruits d’emballages, de plastiques que l’on froisse…Il est 2h du matin et des brouettes, vous êtes également réveillée!

Bon, je l’admets… Je suis de mauvaise foi.
A sa décharge, la trousse à pharmacie est un panier en tissu, dans lequel tous les médicaments sont bourrés à l’intérieur! Rien qui ne peut aider qui que ce soit à 2h du matin, lorsqu’on est malade, fiévreux et qu’on a le nez bouché!

Dans cet état de désespoir maladif, il cherchait à être discret pour trouver le médicament miracle, qui allait le soulager. Mais toutes les conditions n’étaient pas réunies!

Je l’imagine très bien en train de prendre cette fameuse trousse à pharmacie en tissu, bleu ciel, que je trouve magnifique.
Il positionne, de chaque côté, ses mains pour la soulever. Et là…Le panier lui échappe. Il cherche à le récupérer. Les parois plient sous la pression de ses mains. Des boîtes de médicaments s’échappent et tombent lourdement sur le sol de l’appartement. Il râle. Ronchonne. Pour finalement lâcher le panier sur ses pieds!

Étrangement, depuis cet épisode, Monsieur, ne veut plus m’entendre dire «ooooh regarde…. Elle est trop chou cette boîte! Elle a du cachet, non?». Dorénavant, il faut acheter du solide, qui pourra être enterré avec nous! 😉

Cette histoire met en avant plusieurs éléments qu’il faut retenir.

Tout d’abord, et je suis désolée de le dire aussi brutalement, mais…. Vous…Les Hommes… Vous redevenez des petits garçons à leur maman, dès que vous avez un petit bobo, petit rhume de rien du tout ou encore la gorge qui vous gratte.

Or…Nous, les Femmes… Dès que nous nous plaignons d’une quelconque maladie, vous nous dites: «Oh ça va! Ce n’est qu’un petit rhume! Allez zou…Avance et arrête de te plaindre!».
Je tenais à souligner avec quelle délicatesse nos Hommes ont le chic pour nous motiver! 😉

Je sais! Je sais! Vous vous dites que je suis méchante! Que je n’ai aucune considération pour vous, les Hommes! Nooonn… Ce n’est pas vrai!Je dirais…Hummm.. Que je suis juste taquine 😉

Et, enfin, vous ne savez pas être discret!

Comme une bonne amie m’a dit un jour: «un homme discret est un homme bruyant!». Et, elle a raison!

Dorénavant, je savoure ce proverbe tibétain, qui atteste de la véracité de ces propos!

Publié par Audrey Lucido, le 10 janvier 2017.

9 réflexions au sujet de « L’Homme malade »

  1. Z’êtes vaches les filles, j’en connais des filles qui sont comme le jeune homme malade décrit plus haut, la délicatesse d’un pachyderme essayant désespérément de manœuvrer dans une boutique d’articles fragiles, délicats et bruyants quand ils se brisent au sol, vous voyez le tableau ?

    1. Homme ou femme…On est tous un peu pareil!!! 🙂

      Mais, rappelle-toi du dicton « un homme discret est un homme bruyant! »

      C’est moi qui te le dit 🙂

  2. Comme je visualise bien ces malheureux hommes dans le déclin de la grave maladie qui ronge leur sein….
    Et nous, alors? Nous n’aurions pas le droit de les bousculer un peu? Ce serait triste! Soyez beaux joueurs les gars!!
    Merci Audrey!!

  3. Oh! J’entendais presque l’Homme Malade ronchonner en te lisant 😂 et tu as oublié de parler des ronflements affreux de l’homme au nez bouché (du vécu aussi pour toi, j’en suis sûre !😪)

    1. Je pense que toutes les femmes reconnaissent leurs Hommes Malades 😉 Pour l’Homme au nez bouché, promis… Je vais y réfléchir et voir ce qu’on peut faire pour le taquiner un peu dans un article 😉

Laissez moi un petit commentaire