Les personnages de mon roman…Une partie de moi?

Dès le début de cette grande aventure, des personnages trottaient dans ma tête. Ils toquaient doucement sur les parois de mon cerveau. Chahutaient. Se bousculaient, désirant qu’une seule chose…Sortir de cet étroit espace que l’on appelle cerveau!

Après quelques mois et plusieurs mots de tête impressionnants, j’ai craqué!!
Je suis allée m’acheter des carnets pour pouvoir coucher le plus calmement possible ces fameux personnages sur le papier. Armée d’un stylo plume (je trouve que cela fait écrivain, n’est-ce pas? 😉 ), je m’assieds à une table. Inspire profondément.

Quand tout à coup, ma main droite se met à trembler. J’effleure du bout de la plume le papier. Quelques prénoms apparaissent timidement sur le calepin. Puis, quelques traits de caractère.

Mais la peur me tiraille. M’attaque. Me chatouille. Je pose doucement le stylo sur la table. Je me dis que c’est une erreur. Pourquoi continuer? Que vont-ils m’apporter?
Et pourquoi écrire un roman? Une perspective d’avenir?

Je noie mon regard dans la haie de tilleuls face à ma fenêtre. Je me laisse divaguer aux sons du boulevard: les voitures, les piétons… Un coup de klaxon me reconnecte à la réalité, et à ce moment précis, je me dis pourquoi pas!
Décrire des personnages sur quelques pages n’a jamais fait de mal à personne! Qu’est-ce que je risque? Rien! Et ben…Je me trompais!

Je me suis laissée prendre à ce jeu si trépidant (oui! Oui! Je dis bien trépidant!;)) de construire les traits et les contours de ces personnages, qui finalement, comme tout être humain, deviennent complexes.
Laissant de côté ma peur, qui se cache discrètement dans les coins sombres de mon esprit, je me mets à écrire frénétiquement. Les pages de mon carnet se noircissent.

Le portrait physique des habitants de mon village isolé se dessinent petit à petit. Leurs caractères s’affinent au fil des lignes. Des anecdotes apparaissent. Des liens se tissent entre eux. Certains visibles. D’autres intermittents. Quelques secrets s’établissent.
Toute ma trame apparaît sous la forme d’une toile d’araignée. D’une façon ou d’une autre, mes personnages sont tous liés les uns aux autres. Le vase clos de mon village accentue d’ailleurs ce point.

Après cette frénésie, le doute s’installe. Est-ce qu’ils sont bien construits? Est-ce qu’il y a des brèches que je n’ai pas comblées? Est-ce qu’ils peuvent exister dans la vraie vie? Pour être sûre de mes personnages, je décide alors de les revoir un à un.
Hélène, Andréa, Bérénice, Marlon, Erneste… Ils prennent vie devant mes yeux. Je les vois se mouvoir dans mon petit village atypique. C’est comme dans un rêve! J’arrive presque à les toucher. A les caresser. Je me promène au milieu d’eux, sans qu’ils me voient.

Après quelques minutes, quelque chose me frappe l’esprit. On dirait que je les connais! C’est étrange cette sensation. Pourtant, je ne les ai jamais vus. Ni rencontrer, puisque ce sont des personnages fictifs. Cela n’a pas de sens!
Je soupire. Regarde fixement l’horizon. Puis, je me perds de nouveau dans mon roman. Je me sens comme chez moi. Je suis bien. Détendue. Pas l’ombre d’une peur ou d’une angoisse. Je commence à comprendre…
Ces personnages font partie de moi! Plus exactement, ils sont, chacun à leur manière, une partie de moi. Consciente ou pas. Je m’explique…

La grande majorité des auteurs racontent que lorsqu’ils créent des personnages pour leurs romans, ils s’inspirent de leur entourage ou des gens qu’ils côtoient tous les jours ou presque. Je suis d’accord avec ce constat! Mais, selon moi, il faut diluer un peu cette analyse.

En effet, les personnes avec qui nous vivons sont des sujets d’étude extrêmement intéressants, d’autant plus qu’on les connaît presque par cœur!! Et encore, je ne suis pas sûre de connaître toutes les facettes de mes amis ou de ma famille. Loin de là!! Chacun a ses petits secrets et son vécu! 😉

Cependant, au fil de la lecture de mes personnages, je me suis rendue compte que chaque personnage a, d’une manière ou d’une autre, récupérer une partie de mon âme, sans vraiment le savoir. Quand je parle d’une partie de mon âme, je parle des parties de mon véritable moi, que je n’avais jamais soupçonnées!

Ces personnages sont donc le doux mélange de mon monde extérieur et de mon monde intérieur! Ils m’ont permis de me révéler à moi-même. D’apprendre qui je suis réellement. Ils m’ont accompagné tout au long de la rédaction de ce roman dans mes échecs, mes doutes, mes réussites, mon bonheur… Bref… Tout ce qui me constitue aujourd’hui…

En fait, à travers eux, je vous dévoile petit à petit mon monde, mon univers, ma magie… 🙂

Publié par Audrey Lucido, le 14 mars 2017.

4 réflexions au sujet de « Les personnages de mon roman…Une partie de moi? »

  1. Et bien voilà, tu as fait le tour du probleme , analyse et deduction , ce roman te ressemble , ça , je te l’ai dejà dit , mais ne t’etonne pas de decouvrir encore des facettes de ta personnalite dans ce roman .

    Bises de moi meme !!!.

  2. Comme tu expliques bien ta renaissance, Audrey!
    Le papillon sort de sa chrysalide et se révèle… Nous sommes de vrais privilégiés à partager cette belle aventure avec toi…
    Longue Vie à ton imaginaire et aux personnages qui y fourmillent, y compris ceux qui ne se sont pas encore dévoilés à toi!! ;-))

    1. merci pour ces encouragements, ces félicitations et ce soutien indéfectible! Bref… Merci de croire en moi 😉 Cela fait un bien fou!! 🙂

Laissez moi un petit commentaire