La petite fille qui parlait aux tables

Il était une fois, dans une contrée fort fort lointaine, une petite fille qui parlait aux tables.
Elle avait le pouvoir de parler avec toutes les tables de la création, mais, une seule lui était chère à son cœur… Sa table d’école!

Cette dernière vivait dans la classe de la petite fille, dans un village aux abords des étangs de la Dombes. Une relation toute particulière s’était instaurée entre les deux amies. Elles passaient plus de 6 heures, ensemble, toute la journée, à supporter le blabla incessant de l’instituteur.

Calculs, orthographe, dessin étaient les matières, qui occupaient la grande majorité de leur journée. Mais, elles ne les aimaient guère. Seule, l’histoire-géographie avait pour elles de l’importance.

Cette matière leur permettait de s’évader au gré des rois et des reines, des batailles de chevaliers…Elle leur offrait tout simplement la possibilité de rêver!
L’instituteur de la petite fille s’agaçait à chaque fois qu’il l’entendait discuter derrière son dos. Il l’avait grondée à de nombreuses reprises, fait changer de place un nombre incalculable de fois…Rien n’y faisait!

Ses camarades subissaient aussi son bavardage incessant. Certaines s’étaient fait même enguirlander par l’instituteur car il les avait suspectées de parler avec la petite fille. Alors, qu’il n’en était rien!

Au fil des jours, la petite fille qui parlait aux tables, se vit reculer de la place au premier rang à celle du fond de la classe, près du radiateur. L’instituteur était persuadé que cela calmerait la petite fille et lui permettrait de se concentrer un peu plus sur les matières et les exercices à faire. Car, selon lui, le bavardage n’était pas une option envisageable dans son royaume du savoir.

Mais, les bavardages ne cessèrent pas! La petite fille continuait de parler, parler, parler… Elle ne considérait pas ses discussions comme du bavardage mais plutôt comme du babillage.

L’instituteur, intrigué par le comportement de la petite fille, se mit à l’observer de plus près pour comprendre réellement ce qui se passait.
Après un trimestre d’observations, il s’est rendu compte que ce n’était pas la faute de la petite fille. Mais de sa table de classe!
C’était cette dernière qui bavardait à longueur de temps!

Elle parlait à longueur de temps à la petite fille… Des grenouilles qu’elle souhaitait voir aux bords des étangs, lui faisait des remarques telles que «tu ne trouves pas l’instituteur chiant! Moi, il m’ennuie! Le calcul, mais qu’est-ce qu’on s’en moque! Change de disque!».

L’instituteur voulut garder cette information pour lui. La petite fille et sa table d’école ne le dérangeaient plus, depuis qu’elles étaient au fond de la classe. Il savait qu’il passerait pour un fou, s’il racontait cette histoire à ses proches ou aux parents de la petite fille.
« En fait, ce n’est pas votre fille qui parle à longueur de temps…Heu…Comment je vais dire cela…? Allez! Je me lance! C’est sa table d’école!»
Cela n’était pas envisageable! Il a une réputation à tenir!

Les trimestres passèrent. La petite fille discutait toujours avec sa table. L’instituteur les ignorait. De toute façon que pouvait-il faire? Punir une table en bois? Du grand délire!
Alors, à la fin du troisième trimestre, une fois certain que la petite passait dans la classe supérieure, il se permit de faire juste une petite allusion.

Sur le carnet de notes de la petite fille, il écrit de sa plus belle écriture «Une petite fille bavarde, qui arrivait à faire parler une table!».

Publié par Audrey Lucido, le 11 janvier 2017.

5 réflexions au sujet de « La petite fille qui parlait aux tables »

  1. J’ai adoré cette petite histoire , vraiment !!!! Lumineuse , drôle enchantée , et pourtant j’ai un sens critique aigu …….et je ne suis jamais avare de paroles quand des vérités doivent être ou ….non dites (je suis sa maman…).
    J’ai vraiment aimé .

  2. Une jolie histoire, capable de réconcilier toutes les âmes bavardes qui n’osent pas toujours s’exprimer, dans un monde où il est parfois rude de trouver sa place!
    Très mignonne l’illustration…

Laissez moi un petit commentaire