L’ode d’Aure Atika

Aujourd’hui, je tiens à vous parler du premier roman d’Aure Atika…

Comédienne, réalisatrice et scénariste, il ne manquait plus qu’un seul pas pour se lancer dans la grande aventure du livre. Et c’est chose faite!
Pour cela, elle n’a pas forcément choisi un sujet des plus faciles à aborder: sa mère bohème, son Ode, son poème. Bref… Comme elle le dit si bien, son ciel et sa terre!

Ce livre transpire l’amour! L’amour que toute personne éprouve pour sa mère. Un doux mélange d’acidité, de colère, d’incompréhension et d’admiration, qui façonne finalement l’adulte que l’on devient.
Aure Atika a su coucher sur le papier toutes les émotions de ce couple fusionnel qu’elle formait avec sa mère.

A aucun moment, elle ne porte de jugement. Elle décrit, avec une subtile spontanéité, la vie de cette femme.
Ce livre est construit d’une suite d’anecdotes, entrecoupées de passages, qui font des mises au point sur les ressentis de l’auteur; que ce soit face à certains souvenirs ou encore commentaires sur ces lignes qu’elle a pu écrire. Grâce à eux, elle offre au lecteur la possibilité d’échapper à la facilité du jugement et leur délivre un portrait de sa mère, à travers son regard de fille.

Odette, cette mère, qui se faisait appeler Ode, recherchait une autre manière de vivre le monde. C’était une femme libre, ivre d’indocilité, jusqu’à s’y perdre! Tout au long de ma lecture j’ai vu apparaître cette femme, qui voulait à tout prix une indépendance infinie, face aux codes de la société des années 1970.

Elle m’a alors fait penser au personnage de Jenny, dans le film Forrest Gump! Une femme qui cherche par tous les moyens à trouver qui elle est vraiment, à découvrir l’amour et à s’y harponner, sans vraiment y croire. Cherchant à créer son propre monde légendaire, elle s’est alors perdue dans les chemins tortueux des rencontres qu’elle a pu faire.

Cependant, il ne faut pas s’y méprendre. Malgré sa quête de liberté, Ode était une femme forte, qui a su transmettre à sa fille «son goût du voyage, la curiosité du monde. Un appétit pour l’aventure».
Elle lui a appris à se construire avec ce qu’elle lui a montré: «être indépendante, ne pas avoir peur, tendre vers l’art».

Selon moi, ce sont les clés de voûte de la vie. L’art ouvre sur l’indépendance, qui finit par faire fuir la peur.

Je vous recommande ce livre plein d’amour, qui est une Ode à Odette! Un poème dédié à sa maman, chanté sur un air rock’n roll de la liberté!

Aure Atika- Mon ciel et ma terre
Editions Fayard- février 2017

Publié par Audrey Lucido, le 07 mars 2017.

3 réflexions au sujet de « L’ode d’Aure Atika »

  1. Eh bien !!!
    Je vais aussi lire cette ode à la femme a la mère et à la condition féminine qui en a bien besoin en ces temps de retour à l’effacement des acquis .
    Et à la difficulté des rapports si fragiles entre mère et fille mais si important dans la construction de l’être pour sa vie future.
    Merci Audrey
    Ghislaine

  2. « Une autre manière de vivre le monde… »

    Voici une phrase qui aurait pu définir ma grand-mère, divorcée dans les années 1960 (scandale!!) et qui a élevé seule ses 3 filles…

    Merci Audrey pour cette nouvelle indication de lecture!

Laissez moi un petit commentaire