Une splendeur de Marinette Lévy

Le premier roman de Marinette Lévy, Trop de lumière, est une splendeur, qui éclaire le chemin de son héroïne, Léo Rivière.
Cette dernière, éblouie par trop de lumière, ne sait pas comment s’éloigner des projecteurs de son univers étouffant. Elle est prise au piège dans un tourbillon d’émotions troublantes, qui commencent à la faire douter du bien fondé de sa propre vie! Tel un zombie, Léo erre dans ce monde, avec ses mauvaises habitudes et son sale caractère, qui sont devenus sa came pour avancer.

Marinette Lévy plonge, dès la première ligne, le lecteur dans l’univers de cette star désabusée. Elle l’installe sereinement dans la tête de son héroïne principale et l’invite à la suivre dans tous ses mouvements, ses pensées, ses réflexions…

Le lecteur devient alors une partie intégrante de ce personnage. Ressent toutes ses sensations physiques et émotionnelles. Bref… Il vit à l’intérieur de ce corps et de cet esprit.
Ce concept un peu déroutant, au début, devient appréciable au fil des pages. Il permet à l’auteur de soulever le voile sur ce monde trop lumineux (voir faussement lumineux) et de dévoiler l’envers du décor.

Marinette Lévy fait sauter d’électrochocs en électrochocs le lecteur dans cette forêt humaine, où Léo vit. Elle le plonge sans crier gare dans l’introspection de son personnage principal, qui se réveille à coups de décharges électriques à chaque ligne. Léo navigue à vue. Tâtonne. Cherche finalement par tous les moyens à sortir de ce brouillard épais, qui s’est accumulé autour d’elle durant toutes ces années.

Léo Rivière découvre alors les multiples facettes, qui constituent sa personnalité. Sa véritable personne. Son être profond. Elle crée l’unicité de son être et se reconnecte à l’enfant qui sommeille en elle.

Ce livre est une splendeur, qui vous aspire dans un univers faussement resplendissant. Vous entraîne dans les méandres de la tête de Léo Rivière, se réveillant de son coma profond qu’était devenue sa vie. Elle s’extirpe alors de ce cocon étouffant et corrosif pour sa peau et son âme. Lors de cette nymphose, la star désabusée laisse place à un magnifique papillon prêt à explorer son nouveau monde. Bon vol! 😉

Publié par Audrey Lucido, le 06 avril 2017.

Laissez moi un petit commentaire